Les chroniques de la librairie – 1

Le mot de la libraire

Lectrice passionnée depuis 50 ans, dès mes premiers « Fantômette », libraire depuis 16 ans, j’avais envie de partager la vie de libraire, et de la librairie avec vous. Tant de personnes rencontrées, de clients au comptoir, rêvent du métier de libraire car ils aiment les livres et leurs histoires. Comme si c’était le plus beau métier du monde et que le livre était l’objet le plus important de leur vie alors que nous savons bien que pour vivre il nous faut d’abord tant d’autres choses…

Et pourtant oui, il y a quelque chose de vrai dans cette idée si commune à tant de lecteurs. Le livre ouvre grand des portes sur le monde et surtout sur notre monde. Rien ne nourrit autant l’âme, l’esprit et le cœur qu’un bon livre, qu’un bon roman. Quel lecteur ne s’arrête pas sur une phrase qui sonne juste, qui fait écho au plus intime de lui-même ?

Boris Cyrulnik , lors d’une émission de la Grande Librairie a fait remarquer que si un roman ne parle pas de nous, nous en laissons tomber la lecture. Je réfléchis souvent à cette sentence.

Alors voilà, je vous proposerai de temps en temps une nouvelle rubrique autour du livre, d’un auteur, d’une collection, mais aussi autour de la vie de la librairie. J’espère que vous y trouverez matière à penser, à apprendre et à sourire aussi.

A bientôt

Simone