À la folie, pas du tout – M.J. Arlidge

À la folie, pas du tout – M.J. Arlidge

Helen Grace, tout juste sortie de prison où elle a été injustement incarcérée, achète une moto de sport avec une partie de la compensation reçue pour cette incarcération injuste et donne le surplus à une œuvre caritative. De sa Kawasaki Ninja, elle aura bien besoin : elle se jette à corps perdu à la poursuite de deux meurtriers, genre Bonnie and Clyde, qui tuent par plaisir – mais est-ce vraiment par plaisir ? – des gens rencontrés au hasard – mais est-ce vraiment au hasard ?
Helen Grace et son équipe arrivent presque toujours trop tard jusqu’à la fin de l’aventure qui semble tellement improbable. Une aventure qui se déroule en une journée et 6 meurtres…

Un polar social dans tous les sens du terme. Dès les premières lignes, le lecteur est emporté par la tornade. Sans préliminaires, la machine est lancée à toute allure. Les courts chapitres s’enchaînent au tempo de l’action.
Le récit alterne entre différents points de vue. On suit parfois les acteurs principaux par le regard d’autres personnages secondaires. L’auteur nous offre une vue complète du drame qui est en train de se jouer sous nos yeux. Comme il se passe toujours quelque chose, cette omniscience rend le suspense encore plus tendu. Le lecteur vit les péripéties de cette course poursuite, accroché à son fauteuil. Mais il doit aussi réfléchir à la psychologie des protagonistes.