Des lendemains qui hantent – Alain Van Der Eeckenn

Des lendemains qui hantent – Alain Van Der Eeckenn

Martial Trévoux est greffier au tribunal et somme toute apprécié par ses juges. Mais sa vie bascule le jour où il est va chercher son fils Lucien à l’école avec sa nouvelle voiture pour lui en faire la surprise. De la cour il entend des coups de feu : Lucien et une institutrice sont tués par deux jeunes âgés de 17 et 18 ans. Ceux-ci sont abattus par les forces de l’ordre. Martial est effondré, son couple vole en éclats et il ne vit plus qu’inondé de psychotropes. Tout semble clair sauf la chose la plus importante : pourquoi ? Archenbauer, un policier taciturne essaie de comprendre.

Un livre noir ? Pas tout à fait. Plutôt un livre « gris » où tout va mal, où rien ne va. L’institutrice et Lucien ont-ils été tués par hasard ou à propos ? Qui sont les jeunes tueurs ? Des déracinés ou des commandités ? À mesure que le lecteur tourne les pages du livre il se rend compte que tout est faux que les victimes étaient mal « ciblées » . Heureusement qu’il y a Archenbauer, et dans une moindre mesure, Martial Trévoux. Force est de reconnaître que les personnages sont très bien campés. Mais ce n’est pas pour cela que le lecteur va rire car tous les protagonistes sont des écorchés de la vie, parfois de leur propre faute.