La caravane du Pape – Hélène Bonafou-Murat

La caravane du Pape – Hélène Bonafou-Murat

Rome, janvier 1669, Leone Allacci, grand érudit de son temps, est au crépuscule de sa vie. Il se meurt. Ses souvenirs défilent.
Nommé Légat du Pape Grégoire XV pendant la Guerre de Trente Ans, il est chargé par le Saint-Père, durant l’hiver 1622, de rapatrier à Rome le trésor de la mythique bibliothèque palatine de Heidelberg.
Il est prêt à tout pour sauver les précieux livres et le savoir.
Après avoir rassemblé tous les manuscrits et imprimés, Leone Allacci les fait mettre en caisses. Au total, ce sont 196 caisses – dont 12 qu’il s’est attribuées personnellement – qui doivent traverser les Alpes pour être acheminées à Rome.
A la tête de la caravane, Leone Allacci se met en route le 14 février 1623 avec une troupe de mousquetaires et de mercenaires, commandée par les officiers Cristofo Ferrogio, le Lombard, et von Oeslingen, le Bavarois. Font aussi partie de cette caravane des fantassins, des mules, des chevaux et des chariots pour transporter les 196 caisses contenant les précieux livres et manuscrits.
Des paysans avec femmes et enfants cherchent la protection de la troupe et suivent la caravane, certains pour fuir la Guerre de Trente Ans, d’autres pour récupérer le contenu des précieuses caisses.
Mais Leone Allacci veille et empêche l’éparpillement de son trésor.
Un soir il découvre, près d’une de ses caisses, une jeune fille, Lotte, en train de recopier maladroitement les chiffres et les lettres sous la ligne initialement tracée à la poix.
C’est ainsi que Leone Allacci lui confie la tâche de recopier sur les caisses, à l’aide d’un pinceau, les mots et les chiffres sur base de son inventaire.
C’est sans doute parce qu’elle lui rappelle sa petite sœur Theodora qui avait appris à lire et à écrire avec lui sur son île natale de Chios, qu’il accepte Lotte comme élève et lui apprend à lire et à écrire en lui faisant découvrir quelques précieux ouvrages qui se trouvent dans ses caisses personnelles.
Est-ce seulement cette quête de la connaissance qui rapproche ces deux êtres ? Ou Lotte cache-t-elle une autre motivation ?

Se souviendra-t-on de lui après sa mort ? Son nom survivra un temps, ses mots seront lus… mais de ce qui fit battre son cœur, nul ne saura plus rien.

Un très beau roman historique bien écrit, à découvrir !

Michèle