Le Complexe d’Eden Bellwether – Benjamin Wood

Le Complexe d’Eden Bellwether – Benjamin Wood

Rien ne prédisposait Oscar Lowe, aide-soignant dans une maison de retraite à intégrer le cercle très fermé des amis d’Eden Bellwether.
Lui qui, athée, ne rentre jamais dans une église a été littéralement happé par la musique d’un orgue de la King’s College Chapel de Cambridge au point de pénétrer dans l’édifice pour écouter l’organiste. Après la musique, il sera subjugué par Iris qui n’est autre que la sœur d’Eden, le musicien. Une relation amoureuse s’ensuivra, mais Oscar demeure fasciné par la personnalité d’Eden Bellwether. Oscillant entre folie et génie, Eden prétend que la musique de certains compositeurs, en particulier celle de Mattheson, aurait le pouvoir d’affecter et de manipuler les émotions et les passions et même de guérir.
Oscar se sent rapidement mal à l’aise dans ce milieu étouffant, comme s’il n’était pas vraiment à sa place, mais il y a Iris…
À Cedarbrook (la maison de retraite), Oscar s’est lié d’amitié avec un patient, le docteur Paulsen, qui fut autrefois professeur d’université à Cambridge. Par son intermédiaire, le jeune homme fait la connaissance du professeur Crest, un vieux scientifique qui étudiait les maladies psychiatriques. Il lui parle évidemment d’Eden…

Oscar découvre un univers différent du sien, celui d’étudiants brillants, un groupe qui gravite autour d’une figure centrale, une sorte de gourou, celle du charismatique, narcissique, nombriliste et inquiétant Eden. Et c’est un piège qui se referme sur Oscar. Amoureux d’Iris, il découvre progressivement toute la folie de son frère. Oscar met Herbert Crest en contact avec Eden. Un jeu pervers s’engage entre Eden et le vieux médecin.
En terme de coup d’essai, Benjamin Wood réussit un coup de maitre. Et que dire du traducteur ? Qu’il est parfait. Un beau coup de cœur !