Le vestibule des lâches – Manfred Kahn

Le vestibule des lâches – Manfred Kahn

Au village, personne ne sait au juste qui est Victor. Il vit là depuis deux ans, en reclus, travaillant chez lui. Personne ne sait qu’il est un rescapé des attentats de novembre 2015 où il a perdu sa femme et sa fille. Sa vie. Personne ne sait, sauf Josépha, une originale qui prend des photos magnifiques du coin, l’épouse de Charles, l’homme qui règne en potentat sur la Vallée. Un jour, Victor rentre chez lui et découvre son chien dans une mare de sang. Il comprend alors que Charles l’a tué. Par jalousie car Victor et Josépha sont amants, alors qu’ils sont les exacts contraires l’un de l’autre. Une tragédie est en marche.
Histoire perturbante, le lecteur est plongé dans la neige, dans le froid, et dans l’oubli de cette vallée de montagnes inaccessibles aux falaises affutées. Un roman noir et méchant à la trame diabolique.
Un scénario où passé et présent se conjuguent pour un avenir qu’on espère bon mais dont on sait déjà qu’il ne se présente pas sous les meilleurs hospices. Étape par étape le lecteur apprend à connaître Victor avec des flash-back incomplets qui font apparaître la complexité de ce personnage. Un récit dont le fil se déroule inéluctablement sans que rien ne puisse empêcher ce qui doit arriver. Une belle découverte d’un nouvel auteur talentueux au très beau style.