L’encre vive – Fiona McGregor

L’encre vive – Fiona McGregor

Voici un bon gros roman qui nous emmène une nouvelle fois en Australie. Le lecteur va y suivre Marie, presque 60 ans, fraîchement divorcée, seule à présent dans sa superbe maison d’un quartier chic de Sidney et déstabilisée dans ses habitudes, ses relations…
Un jour dans ses errances alcoolisées dans la ville, Marie entre dans un salon de tatouage et en ressort avec le premier tatouage d’une longue série. Ces tatouages politiquement non corrects dans son monde bien policé vont bouleverser sa vision du monde et ébranler par ricochets tout son entourage. Par eux elle reprend possession de sa vie, de son corps et oblige ses enfants adultes à grandir.

Ce bref résumé ne dit rien du roman. L’écrivaine va nous emmener petit à petit, d’abord à Sydney en plein été caniculaire sur fond de nature foisonnante, d’inquiétudes climatiques, de chaleur étouffante. Ensuite dans les pensées de Marie et de chacun de ses enfants avec une finesse d’analyse, une vérité et une crudité d’émotions et de comportements que peu d’auteurs parviennent à atteindre avec autant de délicatesse. Et enfin, elle va nous emporter dans une tension dramatique qui augmente au fur et à mesure des pages, et là, plus moyen de lâcher ce roman.